Ce site est en amélioration constante, contactez-nous pour toutes suggestions.

La mort de Saint Nicolas

Suite logique : bienvenue à 
Santa Claus !

L’actualité sur le caractère raciste et religieux que Saint Nicolas et son double sombre « Zwarte Piet » connu aussi sous le sobriquet « Père fouettard« .

Un sujet qui peut être réglé si l’on accepte le fait que le Père Noël est le successeur historique, mais pour quel raison ?

Choisissons s’il est bien nécessaire de garder ce saint et son ami problématique.

Ci-dessous Saint Nicolas et son acolyte « Père fouettard » affublés de costumes ridicules, le caractère colonial est une atteinte à la communauté africaine, ne trouvez-vous pas? Assez malsain ! Sans jeu de mots.

Saint Nicolas et sont laccolite dénommé père fouettard
Saint Nicolas et son acolyte « Père fouettard »
Saint Nicolas est turc et le 6 décembre est le jour de sa mort.

Une iconographie le représente ci-dessous

La Saint-Nicolas est une fête inspirée de Nicolas de Myre, appelé aussi Nicolas de Bari. Né à Patara au sud-ouest de l’actuelle Turquie (à l’époque Asie mineure) entre 250 et 270, fut le successeur de son oncle, l’évêque de Myre, il a probablement participé au premier Concile de Nicée , le concile ayant pour objectif de résoudre les problèmes qui divisaient  les Églises d’Orient, problèmes disciplinaires et surtout problèmes dogmatiques (ex: la date de la naissance du Christ).

Après plusieurs miracles mettant en scène des enfants ou de jeunes gens, histoires très sombres voir glauques, il fut nommé le saint patron entre autres des enfants. Son culte est attesté depuis le VIe siècle en Orient et se répand en Occident depuis l’Italie à partir du XIe siècle. Canonisé, proclamé protecteur de nombreuses nations et de nombreux corps de métiers ; il est un personnage populaire de l’hagiographie chrétienne.

Cette tradition ancestrale remonte pourtant bien au-delà du christianisme, en dépit des idées reçues. Avec les fêtes païennes celtiques, puis germaniques et scandinaves.

Les rites et festivités liés au Solstice d’Hiver, qui se rattachent à l’antique  tradition romaine ou aux racines germano-celtiques de la célébration, honorent tous la renaissance progressive de la lumière et de la vie, à partir du point le plus obscur de l’année. La période du solstice d’hiver, comprise approximativement entre le 21 et le 25 décembre, est en effet celle où la nuit est la plus longue, et le jour le plus court.

Il s’agit donc de célébrer le réveil annoncé de la nature et de la vie, dans le mouvement cyclique des alternances entre la mort et la vie, la rotation éternelle du cycle des saisons, symbolisée notamment par la roue solaire.

Le personnage du Père Noël : le Roi d’Asgard Odinn, dont l’apparence est d’ailleurs proche de celle du Père Noël moderne: barbe et cheveux blancs,vêtements chauds, cape (bleue pour le cas d’Odinn et du Père Noël originel),chapeau au large bord (ou bonnet pour le Papa Noël relooké par Coca‑Cola) et sa monture « particulière »: le cheval à huit jambes est un moyen de locomotion qui vaut bien le traîneau de rennes du Petit Papa Noël.

De plus,comme le Père Noël, la nuit de Yule, Odinn, d’après la mythologie nordique,traverse de part et d’autre le monde dans le ciel, afin de voir les différents « feux de camps » et comment se portent et se comportent les différentes familles établies autour de ces feux d’hiver, en chevauchant Sleipnir (le fameux cheval à huit jambes) lors de ce qui est parfois appelé la « Chevauchée Sauvage »

Des belles images idylliques qui mettent en scène Père Noël et Saint Nicolas

Noël ne constitue pas une célébration d’essence chrétienne. Dans les premiers siècles de l’Eglise, la Nativité fut tour à tour fixée au 6 janvier, date de l’Epiphanie grecque à Alexandrie, puis au 13 janvier, au 2 avril, au 20 avril, au 28 mars, au 21 mai, au 18 novembre… Aujourd’hui encore, certaines églises chrétiennes, notamment celle d’Orient comme celles d’Arménie et de Syrie, rejettent le dogme dominant.

Ce n’est en effet que tardivement, à la fin du IIIe siècle de l’ère chrétienne, que l’on fixa la date de naissance mythique du Christ au 25 décembre, coïncidant avec la fin des Saturnales romaines, que l’Eglise s’était employée à éradiquer sans véritablement y parvenir. Comme à son habitude, elle procéda donc plutôt à une récupération en règle de la période festive, particulièrement en prenant soin  d’en détourner et d’en dénaturer le sens originel.

Pour ceux qui ont faim, il leur offre une partie de son souffle afin de les nourrir… Les enfants quant à eux se préparaient pour la nuit de Yule en laissant dans leurs chaussures ou dans leurs bottes des carottes, de l’herbe ou du sucre afin de nourrir le cheval Sleipnir dans sa course dans le ciel de Midgard. Pour remercier les enfants ayant nourrit son cheval, le dieu leur offrit des cadeaux et des friandises qu’ils mirent dans leurs chaussures et dans leurs bottes à la place de la nourriture offerte pour son cheval (grosse similitude avec Saint Nicolas).

  Il y avait donc là une opportunité de mettre un Saint homme catholique dans l’imaginaire populaire, en lieu et place des anciennes croyances. En effet des attributs régionaux de Saint Nicolas seraient inspirés du dieu scandinave Odinn ce dernier toujours accompagné de ses deux corbeaux « qui voient tout », et de son cheval Sleipnir, tout comme Saint Nicolas 

Le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas, est fêté traditionnellement dans plusieurs pays européens du Nord et de l’Est de l’Europe (notamment la Belgique, le Luxembourg, le Nord et l’Est de la France surtout en Lorraine et en Alsace, les Pays-Bas, l’Allemagne et la Suisse) « où il distribue des cadeaux à tous les enfants sages ». Il est également fêté dans quelques régions du Sud-Ouest de la France, de l’Espagne et de l’Italie.

Et père fouettard alors ?

En général Nicolas est  accompagné de deux Zwarte Pieten et de son cheval.

Dans d’autres  régions, il est accompagné par le Père Fouettard ou Zwarte Pieten « Pierre le Noir » ou encore Hans Trapp, en alsacien qui vêtu d’un grand manteau noir avec un grand capuchon et de grosses bottes, porte parfois un fouet et un sac. Il n’a pas le beau rôle, puisqu’il menace de distribuer des coups de trique aux enfants qui n’ont pas été sages ou de les emporter dans son sac et donne,parfois, du charbon, des pommes de terre  oignons ou quiches. Le Père Fouettard est également souvent représenté avec des cornes et une queue.

Dans certains pays, comme les Pays-Bas, l’usage qui consiste à faire incarner Zwarte Piet par un homme noir ou grimé en noir fait polémique, cette pratique par certaines personnes étant considérée comme raciste. En France, le père Fouettard est représenté différemment : c’est un homme blanc, hirsute, sale et caché sous une capuche.

Coca-Cola et son bon et gentil Père Noël,

Certainement le plus agréable non ?

Source : coca-cola-pere-noel
Enfin, presque…
Source : http://vieespoiretverite.org/vie/plan-de-salut/jours-saints-ou-jours-feries/proces-de-noel/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Centre de préférences de confidentialité

Naissaisaire

Les cookies ne sont utilisés que pour accélérer votre navigation lors de votre retour sur nos pages, si vous désirez supprimer vos cookies de votre ordinateur votre navigation pourrait être ralenti lors de votre retour sur nos pages.

Advertising

Analytics

Other